Solitude de la pitié

By Jean Giono

'Viens, suis-moi. J'ai ici ma vigne et mon vin ; mes oliviers, et je vais surveiller l'huile moi-même au vieux moulin... Tu as vu l'amour de mon chien ? Ça ne te fait pas réfléchir, ça ?... Viens, venez tous, il n'y charisma de bonheur pour vous que le jour où les grands arbres crèveront les rues, où le poids des lianes fera crouler l'obélisque et courber los angeles journey Eiffel ; où, devant les guichets du Louvre, on n'entendra plus que le léger bruit des cosses mûres qui s'ouvrent et des graines sauvages qui tombent ; le jour où, des cavernes du métro, des sangliers éblouis sortiront en tremblant de los angeles queue.'

Show description

Quick preview of Solitude de la pitié PDF

Best Fiction books

Ninth Key (The Mediator, Book 2)

Every little thing goes nice for Suze. Her new lifestyles in California is a whirlwind of events and ideal hair days. Tad Beaumont, the most well liked boy on the town, has even requested Suze out on her first actual date. Suze is so excited that she's prepared to disregard her misgivings approximately Tad. .. fairly the truth that he isn't Jesse, whose ghostly status—not to say obvious disinterest in her—make him unimaginable.

1356: A Novel

Bernard Cornwell, the "master of martial fiction" (Booklist), brings Thomas of Hookton from the preferred Grail Quest sequence right into a new experience in 1356, an exciting stand-alone novel. On September 19, 1356, a seriously outnumbered English military confronted off opposed to the French within the ancient conflict of Poitiers.

Out to Canaan (Book 4 of the Mitford Years)

The fourth novel within the loved Mitford sequence, by way of the bestselling writer of At domestic in Mitford and Somebody secure with a person Good Millions of readers have come domestic to Mitford, the little city with the large middle, whose endearing and whimsical citizens became like kinfolk. yet now swap is coming to the hamlet.

An Abundance of Katherines

From the number one bestselling writer of The Fault in Our StarsMichael L. Printz Honor BookLos Angeles instances publication Prize FinalistWhen it involves relationships, Colin Singleton’s variety is women named Katherine. And by way of ladies named Katherine, Colin is often getting dumped. Nineteen occasions, to be distinct.

Extra resources for Solitude de la pitié

Show sample text content

C'est un vieux, on ne peut pas le laisser comme ça, peut-être à deux ans de sa mort, avec de l. a. peine. Arrangeons ça de cette façon. Et le Fonse qui est le plus courageous homme de l. a. création a dit tout de suite : – Faisons comme ça. Mais alors il y a ecu autre selected. * Le Jofroi a déjà tout versé à l. a. Caisse des Dépôts et Consignations. Il n'a plus le sou. Il n'a plus que sa rente. Il est là sur los angeles position du village ; on a fait venir le Fonse, on est tous autour ; il n'y a pas de fusil, ça ne risque rien.

Ah ! l. a. liaison des Français en réserve, très bien, très bien, je suis prévenu. C'est moi qui vous ai demandé. Vous connaissez le morse ? – Oui, Monsieur. (C'est sorti tout seul, sans réflexion. ) Et il ne rit pas, cela lui paraît naturel. – Suivez-moi. Laissez votre sac, on vous le portera. los angeles sentinelle s'efface. Nous montons l'escalier Macbeth. Un couloir étroit et noir. Je suis. Une porte d'acier, lourde et qui grince, puis une bouffée d'air suffocant. Ici c'est éclairé à l'électricité. Dans le sous-sol le groupe électrogène bat comme un cœur.

Depuis les écoles jusqu'à l'Arbre de los angeles Liberté l. a. rue était pleine de gens ivres de notre ivresse. Ça tournait, ça fluait, ça battait les murs comme les remous d'une eau. C'était comme une eau d'hommes, de femmes et d'enfants mélangés, et ça dansait jusqu'à l. a. perdition des forces. On avait, là, au nœud des hanches et au nœud des épaules, comme une major qui s'appuyait et qui forçait. De temps en temps, une porte s'ouvrait, une maison lâchait dans l. a. danse sa ménagère avec encore l. a. cuillère à pot dans l. a. major ou l. a. bûchette pour garnir le poêle ; ou bien une fille qui venait d'être arrachée à sa toilette, en jupon par le bas et en chemise par le haut et qui tournait tout de suite au milieu de nous, en levant ses bras, en montrant les grosses touffes de poils roux de dessous ses bras.

Le beau cyprès à côté ? Je voulais vous demander : dans les collines, il y a toujours cet arbre à côté des fermes ; vous savez pourquoi, vous ? – Ah ! mon bon monsieur, oui, je sais, je vais vous dire. D'abord, cette ferme, on l'appelait : les Févettes parce que, là, le terrain était bon pour les fèves. Si vous aviez senti cette odeur, au printemps, avec tout ça en fleurs ! Et je vais vous dire, au général et puis au particulier de cette ferme-là. Au général, voilà : de mon temps, on plantait le cyprès, vous savez pourquoi ?

Il traînait une grosse corde. – Et où tu vas, on lui a dit ? – Je vais me pendre, il a dit. Bon. On a pensé à ce coup de l. a. toiture et on l'a regardé de loin. De loin... Il est allé jusqu'au verger de l'Antonin, il a lancé sa corde par-dessus l. a. branche... L'Antonin est vite arrivé. – Jofroi, va te pendre chez l'Ernest, va ; ici, ce n'est pas un endroit. Et puis, là-bas, les arbres sont plus hauts, et puis, c'est de l'autre côté des pins, tu seras mieux à ton aise, on ne te verra pas, va. Le Jofroi l'a regardé avec son œil d'orage.

Download PDF sample

Rated 4.67 of 5 – based on 26 votes